LISE BILLON

INFORMATIONS

Ville natale : Romans-sur-Isère, Drôme

Nationalité : Française

DISCIPLINES

Alpinisme

Escalade

FAITS MARQUANTS

France, 2019 : Traversée Flammes de Pierres + Drus + Pic Sans Nom + Aiguille Verte en hiver.

France, 2018 : Voie Cassin, éperon Walker, face nord des Grandes Jorasses.

Patagonie, 2015 : Ouverture de « Hasta las Webas », Cerro Riso Patron.

 

Alaska, 2014 : Ouverture de « L’Iliade » et de « L’Odyssée », Pyramid Peak.

Patagonie, 2012 : Ouverture de « Pilar del sol Naciente », Cerro Murallon.

COMMENT AS-TU COMMENCÉ LA MONTAGNE ?

 

J’ai commencé la montagne avec le comité départemental de la FFME. À Romans, il y avait un club avec une bonne dynamique montagne, et pas seulement escalade, et puis mon père est guide et mon grand-père était aussi un fervent pratiquant.
Depuis toute petite, ça a été un milieu assez proche, car entourée de tous ces pratiquants et en même temps lointain, parce que Romans, c’est plat ! J’imagine que ça a contribué à ma fascination pour cette activité. Puis je suis entrée au lycée Sport Nature à Dié et là c’était décidé : j’allais devenir guide, même si mes parents me poussaient à faire des études. J’ai réellement commencé la montagne à la faculté, toujours avec les comités départementaux, régionaux, puis nationaux de la FFME.

OÙ EST-CE QUE TU PASSES LE PLUS DE TEMPS ?

 

Ça dépend des années ! Mais en gros, sur la route ! Je suis tout de même obligée de citer le Verdon ! J’ai un gros coup de coeur pour cet endroit… En termes de destination, cela dépend de mes humeurs et de ce que je cherche à vivre ! Mais je dirais que tout ce qui se rapproche des cercles polaires me fascine. J’aime les grandes étendues. Même si l’Himalaya est une destination qui m’attire, j’ai une légère préférence pour les grands déserts.

PEUX-TU NOUS DÉCRIRE COMMENT TU INTERPRÈTES TA PRATIQUE ?

 

J’aime la liberté que me procure cette activité. Les moments partagés avec les partenaires de cordée. Je trouve que l’alpinisme est un terrain de jeu qui nous permet de sortir du carcan de notre société. J’aime la réflexion que cela m’apporte.
Mes limites physiques ! Je ne suis pas superwoman alpiniste ! Donc tout n’est pas à ma portée ! Souvent j’ai le cœur qui bat la chamade avant une longueur dure. Je me demande si j’en suis capable, mais c’est justement ça qui me plaît : cette capacité qu’on a à surmonter notre peur.
Je ne me focalise généralement pas sur le sommet, sinon la tâche me semble trop ambitieuse et parfois décourageante. Alors que fixer ne serait-ce que le relais de la prochaine longueur me permet de ramener la tâche à quelque chose de plus abordable. J’aime aborder les choses comme cela, étape par étape. Marche après marche, on arrive au but global !

©Julia Cassou

DÉCOUVRIR L'ÉQUIPEMENT DE LISE

©Marc Daviet

Recherche