Guides de montage

Engagement & passion

Rock'n'Road avec Caro North & Ines Papert


récit par Caro North

 

Traverser la Suisse d'est en ouest en reliant les plus importantes parois à plusieurs longueurs, le tout à vélo. Tel était notre objectif pendant un mois. L'idée est née au printemps lorsque tous nos projets d'expédition ont été annulés et que nous avons commencé à explorer davantage nos montagnes natales. Quand Ines Papert m'a appelé pour me demander si je voulais faire un projet d'escalade à vélo, j'ai tout de suite été enthousiaste. Même si je n'ai jamais fait beaucoup de vélo, les nouvelles aventures sont toujours attirantes pour moi. Et faire une « expédition à la maison »  de manière écologique semblait être une combinaison parfaite.
Après un peu de planification et d'organisation, nous avons préparé nos vélos avec une remorque chacune pour tirer tout notre matériel d'escalade, notre nourriture et notre matériel de camping, soit environ 40 kilogrammes de charge derrière chacun de nos VTT. Nous n'avions jamais pédalé avec autant de poids sur une longue distance auparavant, et nous nous posions beaucoup de questions jusqu’au jour de notre départ en voyage depuis la gare de Sargans. Serions-nous capables de tirer tout ce poids jusqu'aux murs ? Combien de temps cela allait-il nous prendre ? Eh bien, si on n'essaye pas, on ne sait jamais... et c'est ainsi que l'aventure a commencé, en poussant fort sur nos pédales en direction de Rätikon.

  

Au premier virage, ma remorque tombe. « Oh non ! Qu'est-ce qui ne va pas ? » - Heureusement, Ines connaît un peu mieux le système et me montre que les deux petits câbles de chaque côté sont destinés à verrouiller la remorque sur le vélo. Premier problème résolu.
Les premiers virages en épingle jusqu'au Rätikon sont raides et nous devons gagner plus de 1 000 mètres de dénivelé. Notre configuration et nos jambes sont immédiatement mises à l'épreuve. Heureusement, nous parvenons à monter plus vite que prévu et notre motivation augmente. Les deux jours suivants, nous campons autour de la cabane des grimpeurs (qui est malheureusement fermée à cause du règlement de la COVID-19) et nous montons sur les incroyables parois raides du Schweizer Tor pour escalader Intifada. Une voie étonnante sur du calcaire vertical et technique, où chaque longueur est un défi à part entière. Le style est très unique et le fait de ne pas être habitué à ces mouvements en dalles, à ces petites fissures et à ces passages de fuite est un véritable défi. Comme si la voie n'était pas assez difficile, le soleil nous rattrape sur les dernières longueurs et détruit toutes les bonnes frictions. C'est notre premier jour sur le mur et nous commençons à optimiser nos compétences en tant qu'équipe d'escalade car nous n'avions jamais grimpé ensemble auparavant. Nous en parlions depuis notre rencontre en Patagonie il y a quelques années, mais comme nous étions toutes les deux en expédition dans le monde entier et cela n'a jamais fonctionné. Finalement, il a fallu que la COVID-19 nous ralentisse et nous permette de créer ce projet ensemble.

 

 

Chaque soir, nous avons l'honneur de voir de gros orages transformer notre camp en flaques d'eau. Heureusement, nous pouvons nous abriter sous notre bâche et dans notre tente. Nous essayons de minimiser le poids en voyageant avec une petite tente légère (Samaya2.0) dans laquelle nos matelas gonflables rentrent au millimètre et qui constitue un excellent abri sans prendre beaucoup de place et de poids.
Nous avons de nombreux amis sur le chemin, qui sont heureux de nous offrir le confort d'un lit et d'une douche chaude de temps en temps. Un luxe très apprécié après de longues journées de vélo et d'escalade. Pour minimiser notre poids, nous continuons à laisser des affaires à nos amis : deux paires de sous-vêtements et deux paires de chaussettes suffisent, et nous continuons à les laver dans les rivières ou partout où nous le pouvons.
La forte pluie nous oblige à poursuivre notre chemin après seulement deux jours à Rätikon. Bien emmitouflés dans nos vêtements imperméables, nous nous rendons à Coire et de là, nous traversons le Rheintal, jusqu'à Disentis et l'Oberalppass. De longues journées de vélo, des milliers de mètres de dénivelé et une distance considérable. Nous nous rendons vite compte que notre carburant est notre nourriture et que nous avons besoin de beaucoup plus que lors d'un voyage d'escalade normal. Heureusement, en pédalant, nous passons devant de nombreux petits magasins ou fermes qui peuvent nous fournir de l'énergie, et cela fait plaisir de soutenir le commerce local de cette manière.

 

Après notre premier col, l'Oberalppass, nous atteignons notre deuxième destination d'escalade : le Teufelstalschlucht juste au-dessus d'Andermatt. Huit longueurs de granit propre sur la voie Peruvian Dancing Dust (7a+) me font me sentir dans mon élément. Des fissures à doigts aux cheminées, des dièdres aux toits, nous trouvons toutes sortes de styles d’escalade différents sur granit. Tout simplement incroyable ! Mais en grimpant, j'ai une toute nouvelle expérience : normalement, mes bras sont gonflés, cette fois-ci, mes jambes sont douloureuses et lorsque je me couche, elles commencent à trembler. Le plan consistant à récupérer du vélo en grimpant et vice-versa ne semble pas très bien fonctionner et nous devrons probablement penser à un jour de repos pour nos corps fatigués. Mais d'abord, nous voulons encore traverser le Sustenpass. Ce qui signifie que le lendemain, nous nous retrouvons à nouveau sur nos vélos, en espérant que nos jambes fatiguées vont nous permettre de monter sous la pluie. C'est incroyable de voir comment nous pouvons continuer à pédaler jour après jour, en suivant le courant et en continuant à avancer. Nous arrivons à passer le Susten et à descendre vers Gadmen sous une grosse averse. Les Wendenstöcke vont devoir sécher et nous pouvons enfin prendre un jour de repos. Après 9 jours d'escalade et de vélo, c'est plus que nécessaire.
Les Wendenstöcke sont connus pour leur approche exposée&sbnp;: des herbes raides et glissantes protègent l'imposante paroi rocheuse et cette fois-ci, nous avons même droit à quelques chutes de pierres en plus. Soudain, de gros rochers commencent à tomber du haut de la paroi alors que nous traversons un ravin jusqu'à la base du pilier Excalibur. Nous essayons de coller nos corps aussi près que possible du mur en espérant qu'aucune de ces bombes de pierre ne nous blessera. Et quand le cauchemar se termine, nous arrivons toutes les deux au début de l’itinéraire, les genoux chancelants et les mains tremblantes. Pour aujourd’hui, beaucoup de notre force mentale a été utilisée et nous décidons de grimper Excalibur au lieu de quelque chose de plus difficile. Une grande voie et une escalade toujours exigeante entre les boulons, alors que nous pensons toujours à la descente et au fait de devoir repasser le couloir effrayant. En plus de cela, une mère bouquetin traverse la corniche au-dessus de nous et nous craignons qu’elle provoque encore plus de chutes de pierres. Après toutes les expériences de la journée, nous décidons de ne pas grimper un autre jour ici, mais plutôt de continuer sur nos vélos en direction d’Interlaken et de notre prochain arrêt : l'Eiger.

 

 

La montée à l'Eigergletscher est raide et nous devons à plusieurs reprises descendre de nos vélos et les pousser. Ils sont si lourds que nous ne pouvons pas les pousser seuls. Nous devons travailler en équipe à chaque étape de ce voyage. À l'Eiger, nous trouvons des conditions venteuses et des températures froides pendant l'ascension de la voie Deep Blue Sea sur le pilier de Genève.
Ensuite, le temps se gâte et nous sommes heureuses de nous reposer un peu à Interlaken. Mais à un moment donné, nous ne pouvons plus perdre de temps à attendre que la pluie s'arrête. Nous commençons donc à pédaler sous une bruine fraîche. Et quand ça s'éclaircit enfin, toutes les montagnes autour de nous sont blanches, couvertes de neige. Pas vraiment ce que nous voulions voir lors d'un voyage d'escalade, mais juste un autre défi à relever. Nous faisons un tour de nuit pour monter à vélo jusqu'au Jaun Pass et sommes très contentes de trouver une douche chaude et un lit au camping du col pour récupérer. Le lit et la douche deviennent soudainement des biens dont nous rêvons comme quelque chose de spécial et de luxueux.

 

En raison du froid, nous montons sur la face sud du Gastlosen, une voie classique : « Fêtes des pères ». Quelques dalles et quelques sections plus raides en font une montée variée, que nous aimons parcourir. Au cours de ce roadtrip à vélo, nous avons réalisé que nous devions réduire nos attentes en matière d'escalade d'itinéraires difficiles : monter autant de cols à vélo fatigue tout le corps et rend difficile de grimper à notre maximum.
Après une journée complète d'escalade, nous nous asseyons à nouveau sur nos vélos pour franchir le Col du Pillon. Et après une autre session de vélo de nuit, nous atteignons Les Diablerets, motivées par la possibilité de dormir chez un ami.

 

 

A l'aube d'une belle journée, nous continuons notre chemin sur nos vélos vers la vallée du Rhône et ensuite dans le Valais, le dernier canton suisse que nous allons visiter. Heureusement, le vent nous pousse et nous pouvons nous déplacer rapidement en direction de la partie la plus occidentale de notre voyage. À cause des chutes de neige, nous commençons à changer nos plans, passant de l'escalade de fissures granitiques raides sur la face nord du Petit Clocher du Portalet, qui sera probablement trop froide et humide, à l'escalade d'une arête alpine juste à côté sur les Aiguilles Dorées. Mais cela signifie que nous avons soudainement besoin de crampons, de piolets et de vêtements chauds, que nous n'avons pas emportés sur nos vélos ! Heureusement, nous recevons l'aide de nos amis qui nous prêtent tout ce dont nous avons besoin. C'est incroyable de voir tout le soutien que nous recevons de la communauté des grimpeurs. La montée à la Cabane du Trient semble beaucoup plus longue que d'habitude. D'abord en vélo, puis en randonnée sur un sentier de montagne escarpé, nous arrivons à peine à temps pour le dîner. Olivier, le gardien de la cabane, nous réserve une surprise étonnante : une douche chaude. Incroyable et tellement agréable pour nos corps épuisés.
Le lendemain, nous nous levons tôt et commençons à marcher dans l'obscurité sur le glacier vers le début de la traversée de l'Aiguille Dorée. Nous savons que cela va être difficile car il y a beaucoup de neige sur les montagnes et personne n'a encore ouvert de sentier, mais cela rend les choses encore plus intéressantes. Nous commençons par quelques fissures glacées et des rochers recouverts de neige pour ensuite passer sur le versant sud, où nous trouvons un étonnant granit doré qui brille au soleil, ce qui nous permet de grimper sans gants et sans geler.
La partie la plus délicate n'est pas le dièdre raide bien connu, mais les longueurs de la face nord. Ici, nous trouvons des tonnes de neige, qui n'est pas consolidée. Mener une de ces longueurs plus raides en essayant de creuser pour trouver une sorte de prise tout en se déplaçant vers le haut dans un chaos de poudreuse me rappelle certaines premières ascensions himalayennes que j'ai faites. Une sacrée aventure.
C'est incroyable de parcourir toute cette longue ligne de crête pour finir au sommet de l'Aiguille de la Varappe. Quelle belle fin pour notre voyage Rock'n'Road ! Une grande et longue accolade en étant si heureux d'atteindre ce dernier point proche de la frontière avec la France. Nous avons réussi : nous avons traversé la Suisse et escaladé toutes ces parois incroyables. Un moment de bonheur qui fait disparaître tous les petits désagréments et les souffrances.

 


De retour à la cabane, on ressent la même chose qu'au retour d'une expédition. Un sentiment de relâchement de toute pression, d'épuisement profond et de pur bonheur. Nous avons terminé notre petite « expédition à la maison ». Nous sommes toutes les deux d'accord pour dire que voyager à vélo est une occasion unique de rencontrer des gens, de découvrir des paysages magnifiques et de se rendre sur des sites d'escalade de manière écologique. C'est définitivement quelque chose que nous essaierons de faire plus souvent. Cela nous a également montré une fois de plus combien de bonnes voies d'escalade se trouvent juste à côté de chez nous.

  

Crédits photos : Caro North / Ines Papert

Recherche